< écriture au fil des jours < de l’écriture

Les derniers textes…

le passé violent

7 novembre
ici, nous coïtons

la clef cryptée

28 octobre
lu en allemagne

direct ou indirect libre

7 octobre
dans un roman

la fin du roman

28 septembre
la question de

personnages, anchorage

8 juin
ce monde en moi
|

qu’il faut filmer au présent

Hier, entendu sur France Culture, un entretien de Guillaume Erner avec Arnaud Desplechin, il répond à une question sur ce que lui a apporté l’œuvre de Claude Lantzmann, Shoah, et il souffle : qu’il faut filmer au présent.

Je trouve ça fort, oui, ça appris aussi, que le présent pour la Shoah, c’est la trace des corps perdus dans le présent des témoins, comme ce champ de Sobibor, qui parle plus violemment dans sa jachère, dans la cohorte des oies qui passent.

Et je me dis que nos présents de narration en écriture ont aussi cette valeur de faire renaître le passé en creux.

Mettre des mots ou des images d’aujourd’hui sur le passé perdu.

Mots-clés

claude lantzmann

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 20 mai 2017 et dernière modification le samedi 20 mai 2017
Merci aux 163 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)