le point imaginaire

les derniers textes

Cinq dernières rives…

notes sur le courage

10 juillet
processus cumulatif

Que faire de mon site ?

23 juin
question rituelle

double ville

12 juin
la ville tremble

âme d’histoire

25 avril
est-ce que les histoires sont épuisables

jusqu’à ma dernière attestation

19 mars
regard sans confinement

Que faire de mon site ?

Question rituelle quand on gère un site d’écriture, mais cette fois, il me semble que la question se pose plus frontalement, et j’envisage de m’en débarrasser, ou de l’épurer, en tous cas de le faire évoluer.

J’ai déjà parlé ici de ma problématique de « nager au-dessus des racines », selon l’expression de Marcel Duchamp, me semble que la présence de cette architecture de textes, de rubriques me lasse, parce qu’elle me leste du poids de liens qui ne sont plus moi, ne m’y reconnais plus vraiment.

Surtout parce que mon objectif a changé, je rêvais d’un bureau à ciel ouvert, jouer le franc jeu de montrer le work in progress des romans, quelque chose d’un tout allant de la production d’idées à l’émergence d’œuvres. Et ça n’a pas marché, peur de me faire piquer des idées, ou de me faire plagier. Et même peur de penser ça. Qui suis-je ?

D’où sans doute cette raréfaction des productions sur le site. Un peu comme à la fin de mon blog. Je me retrouve à produire davantage dans l’arrière-boutique, je ne mets plus mes romans en ligne, mon vrai journal se tient ailleurs.

D’où cette question, à quoi me sert désormais ce site ? Est-ce encore une vitrine de mon travail, puisque je n’y mets pas ce qui m’importe le plus ? Et pourtant, 300 000 visites en six ans, certains textes ont eu plus de 10 000 vues de plus d’une minute. Ce site atteste bien de ce travail intense fourni, au moins jusqu’il y a un an, le coup d’arrêt de l’été dernier après la pièce de théâtre, qui, malgré le succès public, et pour des raisons personnelles, a représenté une sorte d’échec, la perte de certaines illusions sur moi-même et sur quelques autres, j’ai dû y revenir ; ça m’a pris du temps, le lâcher-prise. Puis il y a eu le confinement et tout autant le déconfinement. Sale période.

Est-ce une fin pour autant ? That’s the question.