< écriture au fil des jours < fictions rapides

Les derniers textes…

la vieille du boulevard saint-germain

4 août 2019
vous ne pouvez pas la rater

no surfing today

17 août 2018
verne approche

hypothèses hallucinatoires

4 août 2018
on pourrait croire à

un vrai conte de noël

25 décembre 2017
d’après un fait réel

l’homme qui murmurait des choses qu’on ne comprenait pas

14 novembre 2017
il avançait en trébuchant

ça lui est arrivé

Pour comprendre ce qui est arrivé à ton aïeul, il te faudrait probablement partir du fort sentiment communautaire des habitants de cette ville, depuis longtemps, inciter un chercheur, Louis IX, les privilèges, l’exemption de la gabelle, a lancé une équipe, les remparts et la zone qui donne à la ville un sillage incertain, pour étude en détail, ses eaux mortes et le vaisseau-fantôme flottant sur les marais.

Qui ne s’est perdu dans les étangs, cette dérive des herbages — ne rien faire pour disculper, ces flaques offertes au ciel, infestées de moustiques — ne sait combien ces tours ont servi de boussole aux victimes de la fièvre, les coupables ?

Qui ne s’est senti un peu sauvé en voyant apparaître les monts blanchis du sel ou teintés dans sa fleur le rose des flamants — et que même un soleil, aux à-plats rougeoyants, peine à découronner lors de son feu ultime — même user de lyrisme, oui, qui n’a pas éprouvé l’expérience dont tu parles, ne peut deviner la soumission de l’homme au damier d’eau de mer, sculpté pendant mille ans, l’appartenance de l’homme aux pierres de fondement qui donnent latitude, longitude, un port pour les croisades, les exterminer tous, cet effet d’entre soi que la géographie et l’histoire et le temps.

Pour comprendre, peut-être aussi, ce qu’on sait moins, qu’ici les intra muros, comme on dirait de souche, rangent l’hiver dans leurs soutes des morceaux de gradins, prendre son tour, que certains, parmi eux, ils sont tirés au sort, un lent cérémonial, ressortent pour la Féria — dans une moue ironique de voir les arrivants envahir, un massacre — leur arène, leur Tout recomposé, au nom de tous les tiens, le Tout étant Eux seuls ce qu’ils sont de tout temps et dans le même espace faits de ce même bois et des rivets, des clous, qui les lient à la ville.

Pardon. Pour ne pas laisser tomber ta casserole sur le sol de la cuisine, en criant, mais ce n’était pas de notre faute, ils nous avaient volé nos savonnettes, pour comprendre, ce jour où tu rentres d’une journée passée aux archives de la ville, où tu parles à ton parent (vous êtes dans sa maison boulevard intérieur Nord) des actes d’un procès du XIXème siècle, copie conforme traînant sur l’étagère d’une armoire métallique, de ces huit, les uns, des Italiens, venus durant l’été se louer aux Salins, du jugement clément, les autres, et qu’il évoque son père, comprendre aussi pourquoi, cinquante années plus tard, quand le destroyer entre dans la rade de Toulon, on entend dans la ville courir la rumeur, les Italiens reviennent, les Italiens reviennent.

Tout simplement comprendre comment l’événement dort, mais jamais ne s’éteint, dans la ville-tombeau.

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 21 novembre 2016 et dernière modification le lundi 21 novembre 2016
Merci aux 156 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)