le point imaginaire

les derniers textes

Cinq dernières rives…

destinée des textes

27 décembre 2018
on laisse se perdre

la première fois, l’autre

14 décembre 2018
ce qui le crée

lentement l’écriture

6 décembre 2018
gonflée de lectures

la fiction est au rendez-vous

28 novembre 2018
dans ce roman

le cœur en rase campagne

26 novembre 2018
le mont

destinée des textes

On laisse se perdre les textes,
des branches qui flottent sur le courant,
s’en vont au loin,
destin de bois flotté,
ces textes-là,
on cède, on lâche, on démissionne,
on n’aurait pas cru assez,
pas de mission forte,
une déconvenue quand on se rend compte,
ça n’était que ça,
on les désinvestit comme d’un regard de mère indifférente,
qui n’est pas le contraire de différente,
mais celui d’aimante
on ne les aime plus, on les quitte

les autres, on les sauve
pour les garder, on les sauvegarde,
on dirait qu’on les range, qu’on les classe,
pourquoi on serait sauveuse
on n’est que plieuse de mots en quatre,
être dans la matérialité d’un rangement de placard,
pas en boule non, en quatre,
quatre temps, un objet,
quatre gestes et l’objet perd sa forme,
le texte est plié, comme on dit c’est plié,
c’est fini

et puis il y a les livres envers et contre tout