< le goût des autres < auteurs & co

Les derniers textes…

enquête sur un ciel beurré

9 janvier 2020
twitter

la rêve

28 mai 2019
pascal quignard

d’écrire, un peu

14 mai 2019
antoine emaz

bernard-marie koltès

9 mars 2018
de arnaud maïsetti

la maison de poussière

16 décembre 2017
conrad aiken

d’un paragraphe d’histoire

"Je n’avais pas encore compris que la musique est pour elles comme un moyen d’accéder comme un avant-goût un ersatz de quelque chose à quoi elles. Petite fiancée du Seigneur. Chantait la partie solo invisible derrière le maître-autel. Je pouvais reconnaître sa voix. Je pouvais même la reconnaître au milieu des autres s’élevant comme une ligne transparente claire parmi le foisonnement les bataillons serrés de ces signes bizarres noirs en forme de harpons de lances dressées de herses montant descendant s’échelonnant s’enchevêtrant indéchiffrables pour moi comme si elle avait accès à des mystères que je".

Magnifique évocation de la voix-chorale par le narrateur, de ce qui fonde le goût de, ce qu’enfant on ressent dans la pureté de cette « ligne claire » de montée des voix, le narrateur ne sait pas à quoi l’accès, comme un mur auquel on se heurte, même pas un mur, un point, le point de fin de phrase, comme barrière psychique, ce qui se joue justement dans ce livre, Histoire, de Claude Simon.

Et les points n’ont pas toujours cette valeur, ils ne sont la plupart du temps que cet espace donné au lecteur de compléter la phrase, la pensée, l’élan ou à l’auteur de nous laisser en plan, comme un aparté qu’il se ferait ou un continuum qui s’enfoncerait dans la terre pour faire résurgence un peu plus loin.

Ce qui se glisse dans ce point-là, dans ce paragraphe, qui s’achève sur « de quelque chose à quoi elles. », est la frontière, l’impensé, voire l’incompréhension du narrateur de toute idée de transcendance, qu’il réduit à un « moyen », un » avant-goût », un « ersatz », entretenant l’amalgame avec la musique, certes ce que n’est pas la musique, nul ne prétend qu’elle l’incarne, mais il s’agit ici d’autre chose, de l’ aspiration de cette « fiancée du Seigneur », qui vise à l’éternité, la verticalité d’une relation à Dieu. C’est l’idée d’absolu, cette sublimation recherchée dans la prime jeunesse, qui semble échapper. La voix, partie de derrière le maître-autel, achève le mystère. Née de nulle part identifiable, comment saurait-elle aller vers un lieu au-delà.

La voix vue comme « ligne claire », le dessin, mais du côté du perceptible quand-même, on croit pouvoir l’entendre, mais quand les « bataillons » arrivent, les chœurs, on ne sait plus si on n’a pas été uniquement dans la partition, c’est-à-dire dans une compréhension mentale, intellectualisée de la musique, comme si elle ne se donnait à lui que via sa médiation, l’écriture, le dessin des notes, les « signes bizarres », croches, doubles croches, triples croches, perçus comme « des harpons des lances dressées », « descendant s’échelonnant s’enchevêtrant », les autres portées venant s’opposer à la partie soprano. Une sorte de carte versus le territoire, autre manière de réduire la matière.

On en comprend l’idée de violence, parce que la partie solo aurait à résister, ne pas se faire embarquer dans les autres parties, ce que tout chanteur craint dans ses débuts, se méfier de ces notes où on s’approche singulièrement de l’autre, où on pourrait s’oublier, oublier sa propre ligne mélodique, partir, suivre l’autre dans sa vertigineuse pente, mais ce que tout chanteur un peu chevronné surmonte, sachant faire ce départ intérieur, suivre sa voix tout en écoutant le reste du chœur compléter, amplifier, souligner, caresser.

Mais ici la lutte qui se joue est d’ordre métaphysique, la voix solo tente d’échapper, d’atteindre le divin, tandis que les autres clefs luttent à couteaux tirés pour la retenir, l’empêcher d’atteindre ce quelque chose d’ « indéchiffrable pour moi ».

Ce paragraphe suivi d’une attaque horizontale contre le "slip" de Jésus, son sexe, le pagne qui le recouvre, la concupiscence attribuée aux filles, montre qu’il s’agit là de la bataille entre transcendance et immanence, qui laissent les jeunes hommes qui débattent mal à l’aise avec la diatribe d’un de leurs compagnons. Mais qui du fait qu’ils l’ont entendue blasphème en eux. Mise en mots, grammaire d’un symbolique qui échappe, magistrale leçon d’éducation sans le dire, ce qu’on perd dans la confusion sexuelle, celle des liens symboliques, la rupture des tabous, ce qui fait justement un des objets du livre.

« Comme si elle avait accès à des mystères que je. »

_________

publié en juillet 2013 sur anthropia # blog
cité par le site in Des blogs qui lisent Claude Simon de l’Association des Lecteurs de Claude Simon}}

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 19 mai 2017 et dernière modification le vendredi 7 juillet 2017
Merci aux 145 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)