< écriture au fil des jours < de l’écriture

Les derniers textes…

âme d’histoire

25 avril 2020
est-ce que les histoires sont épuisables

métissages

30 décembre 2019
de babel

d’écrire, la fin

26 décembre 2019
écrire un livre

j’entends la sonnerie

13 novembre 2019
entends-tu

le passé violent

7 novembre 2019
ici, nous coïtons

ajej

On s’étendrait sur le sol et on attendrait la mort dans le bourg condamné.

On s’étend sur le sol et on attend. Il ne se passe rien, mais on entend quelque chose, c’est d’abord un chuintement discret, lointain, un bruissement fait de sons inconnus. Et puis, vite, il faut bouger, se protéger. L’ajej est là, l’ajej intraduisible. L’homme dit : l’ajej est un concept.

Je comprends que c’est un vent, une bourrasque soudaine, une tornade d’à peine un mètre de haut ; le souffle est chargé de poussière chaude, de sable et de détritus. En spirale sur lui-même, il pique par giclées, il choisit les yeux, les jambes, les fenêtres des voitures, les passages entre les toiles tendues des échoppes au marché. L’ajej est mouvement, l’ajej est condamnation, tout à la fois.

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 22 octobre 2018 et dernière modification le samedi 10 novembre 2018
Merci aux 2823 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)