< écriture au fil des jours < bribe poétique

Les derniers textes…

la part du refus

27 septembre
tu te déplaces

est-ce qu’on perd le corps

20 septembre
peut-être le corps du bébé

On au singulier

5 septembre
On au singulier

moite heure climatique

15 août
quarante pour cent

gênes textuelles

7 août
les dialogues
|

au sujet de la vie

au sujet de la vie

rien ne sert de secouer, ou tu tombes sur un tilt,
et rien, rien

dans le flipper,
tintinabulent les secondes, t’attends,
et niente, niente

t’as le bumper qui relance
un qui fait câlin,
l’autre qui fait MATCHHHHH
un autre dissimulé dans le vois-le,
m’as-tu vu du vide,
voile des cercles bleutés déglingués
t’inflige, oui, il t’inflige, l’évitement

toi, promise à paroles trouées
l’âme, tête penchée corsetée
sort transie

tu quittes le je, le grand Autre t’arraisonne
et nada, nada

la dégringolade des mots sur le sol,
ne repousse nothing,
nothing, no thing,

ça rend dingue,
les évitements

rigolade, on rit pour garder le seul en soi,
un soi en sol meilleur qui hisse, existe,
ris, petite lèvre pincée

c’est fort, quand le barrage dans les yeux
interdit, monte si haut qu’il endigue

c’est dingue, l’endiguement,
ça rend dingo, que t’en bégaies, bégaiement,
la gaie ment gaiement,
c’est pas qu’elle veut, c’est qu’on la peut pas autrement,
autre mont, autre vent, elle sait pas

pour novembre
elle débranche,
c’est dingue, le débranchement

reste à faire la petite,
bébé, y a vagissement, vas, gis
tu sais pas encore qu’on te ment,
ça git, la peur, on pleure,

c’est promis, elle viendra
sait pas quand,
peut-être jamais

elle a fait ça ?
jamais ?

mais t’as pas rien dit
et même t’as pas laissé faire,
tu t’es pas aplati,
t’as sorti l’os, quand son pied l’écrasait,
c’est dingue, l’écrasement,

on y va alors, sur la route,
petit soldat s’en va-t-en guerre
a fait ce qu’il a pu,
il a pas pu beaucoup,
mais c’était bien quand même,
on applaudit bien fort,
c’est pour le réconfort

sont pas nombreux dans la page,
Les autres se cachent pour le silence,
c’est dingue, le silence

mais on a l’habitude,
comme si se donnent le mot, s’encordent,
entre eux, ça se comprend,

de vous à toi, qu’est-ce qui est pire ?
qu’ils s’accordent ou qu’ils t’encordent

éclat de rire, on n’est pas dupe,
on se connaît,
ferme les yeux, quand tu les rouvres, c’est reposé,
tu poses les pieds,
t’es pas toute seule

les hauts, les bas, la vie tout ça


Cabaret des Toboggand Poétiques le 31 mai 2018 à La Parole Errante à Montreuil

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 2 juin 2018 et dernière modification le samedi 2 juin 2018
Merci aux 142 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)