< écriture au fil des jours < de l’écriture

Les derniers textes…

j’entends la sonnerie

13 novembre
entends-tu

le passé violent

7 novembre
ici, nous coïtons

la clef cryptée

28 octobre
lu en allemagne

direct ou indirect libre

7 octobre
dans un roman

la fin du roman

28 septembre
la question de
|

direct ou indirect libre

Dans un roman dont les trois-quarts contiennent très peu de dialogues en style direct, peut-on introduire un chapitre entièrement dialogué, c’est-à-dire rompre avec la marche de la narration, son côté sibyllin jusque-là, ou doit-on se résoudre à tout reprendre en discours indirect libre au risque de la lourdeur ? Envie de croire que le surgissement de l’oralité peut rendre compte d’une bifurcation de la relation entre les deux protagonistes, l’émergence d’une nouveauté, l’acceptation de se confier, qui va ouvrir l’autre dévoilement, celui du passé. Mais crainte que cela casse la modalité du texte, sachant que la parole n’est pas une modalité du réel ou à peine lorsque parcimonieuse.

Mots-clés

dialogue , réel

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 7 octobre 2019 et dernière modification le lundi 7 octobre 2019
Merci aux 89 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)