< écriture au fil des jours < poèmes

Les derniers textes…

continuée

12 juillet
la terre fume sa brume

senteurs

18 juin
après la pluie

nuit fantôme

27 février
formulaire en linceul

attrape le temps

20 octobre 2020
finitude

double ville

12 juin 2020
la ville tremble

de notre galaxie

hommage à André Brahic

À l’à-pic de vos yeux, l’anneau vous apparaît, agrégé à la perle, de nuptialité pas, il vient frémir de clarté blanche et s’accroche à la sphère, une aréole, ce satellite qui orne le globe de chair grège, est-ce de Titan la pointe, atteindre les confins, votre rêve, dans le premier cadre vous auriez pu être à Cap Canaveral ou sur la sonde Cassini-Huygens, l’initiateur et l’inspirée à jamais associés, mais vous préférez les pierres sous vos pieds, ça y est, vous, arrivée, vous contemplez Saturne, le grand ballon gonflé d’hydrogène et d’hélium, dans le voyage de ce regard l’oblate sphéroïde, vous auriez compté jusqu’à six à partir du soleil, et c’est au crépuscule, cette soirée sur le Causse, où tu vois par-dessus les collines par-delà les forêts, au profilé de l’ombre sur bleu le dernier signe de lune, ce quartier pour finir, et par l’étrange lucarne à ton œil emboîtée, tu le distingues, enthousiaste, et ne sais retenir le cri de "je le vois", l’anneau est là, le blues qui danse et frissonne autour de l’astre, le mot est désuet, quittez vos certitudes, l’était jadis étoile dans le doigt pointé de ton ancêtre, c’était dans l’herbe le dos au froid couché, il te faisait rêver les stars et mettait en mouvement l’ourse et puis la polaire, ce que le poète ignorait c’est que l’anneau là-haut n’était pas une étoile, il n’est qu’une planète au jonc serti de glace et de poussière, mais rêve en vous toujours la matière de prose qui mène à Cérigo, on va lire sur le web, les bandes parallèles, ça monde, ça multiplie, le pixel est système qui comble, on veut profond, on veut le savoir éternel dans le tâtonnement du savant et il tâte, le servant, le provocateur, il s’aventure au-delà du paisible, il titille, il subodore, il hypothèse, il transgresse, corrompt les mathématiques, il n’a pas de respect pour l’ombre du rêveur, il enchâsse les théories et malaxe les terres lointaines, les savants font ça aux divinités, ils les abreuvent de certitudes provisoires, le tout qu’ils savent jusqu’à la prochaine fois, et les sphères d’accourir, demi-cercles en dunes, sur un écran on offre la représentation, l’intersection se fait noire, puis d’un ovale à la peau granuleuse, on part vers le trait, l’arc éclairé de sa face polie, et le public applaudit, oui, oui, la forme est grise comme une ogive, et le bleu et l’orange et ce choc d’une comète, comment croit le témoin à la loupe compte-fil, est-ce une réalité ce point imaginaire qui vise loin pour la cible, est-ce recomposé, big data à fiction, la bite certitude, zéro un zéro un, quel est le flash et quel est l’appareil, quelle est l’installation, la numérique surface est-elle une chimère, mais vous dans l’oculaire, c’est l’optique qui vous meut, vous partie en nuage dans le char argenté, et vous y croyez à ce que vous voyez, ça frise dans le cobalt, cet instant de réel arraché au grand ciel, nulle toile ne vous l’accorde, les cascades en dia, ça défile, ça descend, c’est tentant, toutes ces formes du même, l’ultime est aux fins fonds qu’on n’aperçoit pas, qu’on devine, et on se glisse dans la fusée, on s’imagine, on vise d’abord la lune, ça bute très vite, qu’une étape la fusée, elle fait vrille et s’affaisse en fumée, et dit qu’elle parcourt le million cinq cent mille kilomètres, mais elle s’arrête là, c’est son passager qui repart de l’escale, va se mettre en orbite, grande loge de l’opéra, c’est si loin l’apparence, et là, l’apparition, ça compte pour toutes les pommes, le grand angle, les lentilles, les optiques raisonnées, on aime le protocole, live, pas des orages à sensations ou des vortex d’artifice, en direct de là-bas, le net-plan, le déroulé qui passe dans la durée du ventre, un guerrier qui accourt, qui pointe et qui délivre sa splendeur, de l’œil appliqué l’image en retour, le chant des bulles comme des mots éphémères imprimés sur neurones, la mise en transparence, enfin elle appartient, la confiance dans la mire, la petite étincelle, ça surprend, ça miroite, l’accoutumance à peau, le bleuté opiniâtre, on se demande d’où viennent les veines du corps de cette galaxie, les reflets en gros plan, qui éclaire ?, dans la nuit comment les aspérités, il faut l’heure du soleil pour le révéler, le tremblement dans la pupille, sans ambition autre que le voir, l’être pur, la conspiration d’un hasard créé il y a longtemps, pas une en voie de mort qui brille aux derniers feux, une qui perdure et fière s’impose dans les siècles, une légende, on voudrait le macroscope, sous la surface le moteur, de sa géographie les profondeurs, dans sa sédimentation les strates élémentaires, à sa scintigraphie aux rayons l’organe et son commencement, reconstruction du tout, son histoire, ses cyclones, Saturne, je te vois, et toi me vois-tu, suis-je pour toi comme toi pour moi le plus extrême de l’extrême, le plus ancien de l’ancien, le plus étrange de l’étrange, sommes-nous l’un à l’autre la fin et l’origine, la quadrature du cercle, les quatre saisons en enfer, la symphonie des mondes échappés, mais que projette le texte de ses fors intérieurs, l’irruption d’un volcan, une lave en effusion qui trace les lignes de fuite, que glèbe sur la terre et plus là-haut que gaz, dans ces masses y sent-on le froid ou le chaud, et à quelle source se désaltère-t-on quand il n’y a pas d’eau, te souviens-tu dans ces marches au désert des oasis qu’on n’atteint, la fièvre dans les yeux, les pieds qui s’enfoncent à vouloir avancer, dans le sable tu cherches, tu veux la certitude, mais quoi, recule-toi, fais un pas, aborde ce rivage, ce phare est-il pour toi, tu n’en es ni l’arpenteur, ni l’ordinateur, un passant peut-être, et si le grand sillage n’était que le mirage d’un calculateur qui fait naître, et là qu’impermanence et invention, alors bug sur la page, code 404, message d’erreur, mais si la configuration inspire la matière, si elle donne à voir ce que les yeux et tous les appareils de loin ne sauraient qu’effleurer, alors remercie l’astrophysicien pour ce cadeau du ciel.

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 16 mai 2016 et dernière modification le lundi 16 mai 2016
Merci aux 341 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)