< écriture au fil des jours < poèmes

Les derniers textes…

continuée

12 juillet
la terre fume sa brume

senteurs

18 juin
après la pluie

nuit fantôme

27 février
formulaire en linceul

attrape le temps

20 octobre 2020
finitude

double ville

12 juin 2020
la ville tremble

no sunshine in the spotless mind

Quand le nous a disparu, le nous des fidèles, des extravagants, des bucoliques, des désespérés, il aurait pu laisser sa trace, envahir la jachère, souviens-toi de nous, mais il avait tellement disparu, que même ses marques en ornières d’un épisodique passage sur terre, l’effet que ça faisait, cette certitude d’ensemble, ce déploiement d’un pare-feu plus fort que toutes les musiques sinistres de l’onde, que même l’effluve de cette charmante distraction, la fossette qu’on en gagnait à chaque envol, s’était dissimulée, diluée, dissoute, que le nous ne gisait même pas sous terre, incinéré et parti en fumée, il n’était plus non plus dans l’air, sur un nuage, ne battant le pavé devant la porte d’aucune stratosphère, les mots sont encore de trop qui l’évoquent, faisant nœud à défaut de nous, ne viendront bientôt que ces formules chimiques, même pas, ces recettes prophylactiques, pour abolir l’idée même de son souvenir, no sunshine in the spotless mind, l’esprit immaculé des solitaires.


Marcel Hasquin

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 4 juin 2017 et dernière modification le dimanche 4 juin 2017
Merci aux 281 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)