< écriture au fil des jours < poèmes

Les derniers textes…

continuée

12 juillet
la terre fume sa brume

senteurs

18 juin
après la pluie

nuit fantôme

27 février
formulaire en linceul

attrape le temps

20 octobre 2020
finitude

double ville

12 juin 2020
la ville tremble

de la pointe de l’été

un vent vibrant soufflait, un souffle électrique qui irritait la peau après quelques minutes, et la lumière qui fixait les tons dans leur contraste le plus radical avait emmagasiné des particules crispées, qui aveuglaient et attisaient le rouge des joues, c’était un de ces automnes qui engluait en soi la crainte d’un hiver froid, qu’on se prédisait avec les volets à clore, les températures à combattre, et ce sentiment à présent d’un manque, encore l’envie, encore le besoin, bien sûr le désir, mais le manque installait durablement ses quartiers tout en rondeurs, comme un cœur permanent qui occuperait les saisons, la haute viendrait, mais avant, les attentes, les petites et les grandes,

et parfois quelques larmes muettes coulaient sur le visage, emportant le rimmel et faisant apparaître un sillon taché de rousseurs fin d’été

Mots-clés

nuaillé

écrit ou proposé par Christine Simon
BY-NC-SA (site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)
première mise en ligne le 11 septembre 2017 et dernière modification le lundi 11 septembre 2017
Merci aux 265 visiteurs qui ont consacré au moins une minute à cette page

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)